Pleines de grâce

OGRE N°33 – Gabriela Cabezón Cámara

Gabriela Cabezón Cámara

Pleines de grâce

 

Traduit par Guillaume Contré
mercredi 18 mars 2020
Taille : 140 mm / 185 mm – 208p. – 18€
ISBN : 978-2-37756-063-9

Pleines de grâce est l’histoire flamboyante de Qüity, une jeune journaliste dure à cuire de Buenos Aires, et de Cleopatra, une travestie qui, après avoir renoncé à la prostitution suite à l’apparition de la Vierge Marie, entreprend, avec une armée de putes, de trafiquants et de voleurs, de transformer son bidonville d’El Poso en une communauté autonome. Contraintes de fuir après que le pouvoir local a rasé le bidonville, Qüity et Cleo, dont elle est enceinte, racontent alors leurs aventures depuis Miami. Dans ce roman intense Gabriela Cabezón Cámara réussit à exprimer l’épopée cachée de tant de vies anonymes qui, défiant la logique imposée par l’ordre établi, inventent de nouvelles façons de vivre, en couple, en famille et en communauté. 

À la manière d’un opéra cumbia, drôle, violent et cru, illuminé par le personnage solaire de Cléo, Pleines de grâce, est sans doute l’un des grands romans queer argentin.

 

LA PRESSE EN PARLE

 

« Gabriela Cabezón Cámara dévoile la joie d’un bidonville », par Adrien Meignan, Addict-Culture, 2 juillet 2020 : Le roman est un hymne démultiplié à la tolérance, une ode à la douce et folle volonté de vivre. Gabriela Cabezón Camara dit de la littérature qu’elle est le verger de tous. C’est bien l’effet que donne la lecture de Pleines de grâce : la porte est grande ouverte autant aux personnages qu’aux lecteurs et lectrices.Lire plus

 

LES LIBRAIRES AUSSI

 

La librairie du tramway (Lyon) :  Comment est construit un roman résolument novateur ? Je pense que nous pouvons dire : « comme celui-ci ». Pleines de grâce déboussole la langue, la hiérarchie, la société.

 

Librairie L'impromptu (Paris) : Une grande littérature qui mêle à la perfection la violence, l’humour, la réalité de toutes les misères dans des espoirs utopiques, dans un ton cru où les personnes brillent dans cette histoire incroyable qui DOIT être lue !!!

Lire plus

EXTRAIT

 

I – Qüity : « Tout ce qui est né will die »

 

Pure matière affolée de hasard, voilà, pensais-je, ce qu’est la vie. C’est là-bas sur l’île que je me suis mise à l’aphorisme, presque à poil, sans une seule de mes affaires, pas même un ordinateur, à peine un peu d’argent et des cartes de crédit que je ne pouvais pas utiliser tant qu’on serait en Argentine. Mes pensées n’étaient que choses pourries, bouts de bois, bouteilles, tas de branchages, préservatifs usagés, morceaux de quai, poupées sans têtes, le reflet de l’amas de déchets que la marée abandonne lorsqu’elle se retire après avoir beaucoup monté. Je me sentais échouée et j’ai cru avoir survécu à un naufrage. Je sais maintenant que personne ne survit à un naufrage. Ceux qui coulent meurent et ceux qui s’en sortent vivent en se noyant. 

Lire plus