L’homme sans tête

SIRÈNES N°5 – Sergio González Rodríguez

Sergio González Rodríguez

L’homme sans tête

Traduit par Isabelle Gugnon
vendredi 5 avril 2024
Taille : 125 mm / 165 mm – 190p. – 12€
ISBN : 978-2-37756-199-5

Qu’ont en commun La Méduse de Caravage, les vidéos de propagande d’Al-Quaïda et l’explosion de la pratique de la décapitation au Mexique  ?

Tous se servent du motif de la décapitation pour faire passer un message et utilisent ce geste suprême comme moyen de communication. Dans L’Homme sans tête, enquête magistrale, entre essai et autobiographie, Sergio González Rodríguez, convoque les témoignages de coupeurs de têtes, de trafiquants d’armes et de policiers véreux, pour nous plonger au cœur de l’utraviolence d’un État gangrené.

Plus encore, L’homme sans tête explore le phénomène décapitatoire dans toute sa dimension sociale, religieuse, artistique, ainsi que sa violente résurgence au sein de nos sociétés contemporaines. De la guerre en Iraq aux cartels mexicains, c’est contre cette forme d’expression de l’intimidation et de pression sur une société, que sa voix s’élève.

 

Après Des os dans le désert et Les 43 d’Iguala, L’homme sans tête est le troisième volet de la tétralogie de la violence contemporaine au Mexique de Sergio González Rodríguez.

PRESSE

 

« « L’homme sans tête »« , par Étienne Leterrier-Grimal, Le Matricule des Anges, février 2010 :

« Enquête dans les milieux des cartels narcotrafiquants, non-fiction, journal, essai : avec L’Homme sans tête, Sergio González Rodríguez offre donc une réflexion hétérogène sur le phénomène décapitatoire et sur l’hyperviolence du grand banditisme mexicain. Derrière cette analyse, il propose une symptomatologie du mal dont souffre le Mexique d’aujourd’hui et, plus largement, les sociétés contemporaines : fascination du gore, superstition et recul de la rationalité, nouvelle barbarie et effondrement des frontières entre représentation et réalité.« 

« Les têtes raides« , Livres Hebdo, le 29 octobre 2009 :

« Implacable radiographie de l’horreur contemporaine et de la violence mexicaine, L’homme sans tête fait froid dans le dos. À la fois reportage et essai, le pénétrant travail de Sergio Gonzalez Rodriguez montre la corruption à tous les niveaux d’un pays dont il dessine un bien terrible portrait.« 

Lire plus

COUP DE CŒUR LIBRAIRES

 

Lire plus

EXTRAIT

 

 

Baie lointaine

En un instant, les mots restent en suspens. Ils s’oublient, ne s’expriment plus. Il y a au bout des lèvres qui tremblent une pointe de pitié et d’effroi. Flotte aussi l’impression viscérale d’être dévasté par un acte injuste, un spasme qui, au passage, avale voracement l’ordre rationnel. La légèreté ne conduit pas seulement au regard, mais à toute la conscience à laquelle on peut encore se raccrocher, à un dernier rendez-vous avec une faille qui aspire et fait croître ce qui reste de l’être organique. Un dernier vol d’abandon à l’immensité lumineuse. Autour, dans une lueur tardive, s’étend ce qu’on connaît, la somme de sensations, de perceptions ; le plus obscur et le plus clair se déplacent lentement, même si leur trajectoire vers le néant, leur fuite sans fin est vertigineuse et intense. Telle est, disent ceux qui l’ont vécue et sont revenus dans le monde palpable, l’expérience de la mort. Ils y ont senti l’avenir de nous tous, l’amnésie que nous ne connaissons pas et ce à quoi ressemblent les transes des décapités. Les mains liées et le cou rigide restent en arrière, sur une chaise ou sur l’échafaud. Un sifflement obstiné dit son envie d’éternité, puis les paupières se ferment dans une pose extatique. Le corps disparaît, convulsif, incrédule, muet.
Victime d’une soustraction élémentaire, la douleur est si intense qu’elle échappe à l’entendement. Tout s’obscurcit : le soleil, les couleurs du quotidien, les souvenirs, les penchants, tout ce qui a pu susciter de l’intérêt, du délire, de l’indifférence, la discorde et ce laps de temps que nous appelons bonheur. Bizarrerie qui ignore le visage, les mains et leur tremblement, le goût de l’air. Le monde tourne à l’envers, on a la sensation d’être totalement en suspens, puis c’est la nuit.

Lire plus