La ferme des mastodontes

OGRE N°27 – Mike Kleine

Mike Kleine

La Ferme des mastodontes

 

Traduit par Quentin Leclerc
lundi 18 mars 2019
Taille : 140 / 185 mm – 141p. – 18€
ISBN : 9782377560448

Mike Kleine s’offre pour son premier roman une super production qui évoque aussi bien le cinéma d’auteur mi-contemplatif mi-bavard des films de Jim Jarmush des années 1990 que les dialogues absurdes et l’humour de Kevin Smith dans Clerks, et, ce faisant, met au jour avec une grande finesse le pouvoir sans limite de la fiction.

Imaginez : vous vivez en coloc avec James Franco ; vous habitez Los Angeles ; vous avez une Ferrari ; vous hésitez à acheter un Picasso ; votre plan cul, c’est Céline Dion ; votre vie se partage entre des soirées glamours sur des roof top et des conversations téléphoniques dépressives avec Cameron Diaz… Bienvenue dans La Ferme des Mastodontes !

 

LA PRESSE EN PARLE

 

« Mike Kleine : La Ferme des mastodontes« , par Jean-Philippe Cazier, Diacritik, 12 avril 2019 : Ne demeurent, comme chez Beckett, que des mots qui sont des sons dont nous faisons ce que nous pouvons à l’intérieur d’un monde devenu une surface langagière, un ensemble de séries mobiles de signifiants, des lambeaux de sons pour un discours qui est une musique forcément précaire…Lire plus

 

LES LIBRAIRES AUSSI

 

Librairie Pages et Plumes (Limoge) :  Du Gatsby 2.0, des paillettes et du vide, objet de fascination, on ne sait si l'auteur se moque de son objet ou s'il admire le génie de ceux qui possèdent tout sauf une épaisseur, comblant leurs étagères et leurs murs de films, de disques, de tableaux, de livres pour se donner de la consistance. Fascinant, étrange, drôle et finalement assez désespérant quand on pense qu'on est peut-être pas si loin de la vérité.

 

EXTRAIT

 

FERRARI ET MASQUES AFRICAINS

 

Tu as énormément d’argent, donc tu achètes une Ferrari.

Tu fais un tour en ville avec la Ferrari.

Tu écoutes du Philip Glass.

Tu n’es pas sûr du morceau qui passe parce que tu as oublié de nommer les pistes avant de les importer sur ton iPhone, mais tu es presque sûr que c’est un morceau d’Einstein on the Beach.

Tu penses : Putain, Einstein on the Beach est vraiment incroyable.

Tu penses à Philip Glass et à son génie pendant un certain temps – tu appuies parfois sur le bouton pause du lecteur CD pour bien réfléchir à la musique et t’imaginer comme le personnage d’un film des années 1980 – et puis tu freines lentement et tu t’arrêtes au feu rouge.Lire plus